Apprendre

Primeurs : le nouveau millésime 2016

Par GrandsVinsPrivés Le 25 avril 2017

barrique_vin_grandsvins-prives

Les vins en Primeurs

D’accord, tout le monde en parle, mais de quoi s’agit-il exactement ? Lorsque l’on parle de vins en primeurs, on fait référence au dernier des millésimes produit par les châteaux de la région de Bordeaux. Cette année, le millésime 2016.

En l’occurrence, nous entrons dans la campagne Primeurs 2016 : la vendange de 2016 a bien été vinifiée, assemblée, transférée en barrique où elle vieillit doucement jusqu’à sa mise en bouteille, qui interviendra en moyenne de 12 à 18 mois plus tard.

Le lancement de la campagne des Primeurs correspond à la présentation de ces vins aux professionnels : une période en début du mois d’avril où la presse, les acheteurs du monde entier et globalement la grande majorité du secteur du vin se presse dans la région bordelaise afin de découvrir les derniers-nés de la région. Des dégustations intimes ou grand public, organisées aux châteaux ou dans des lieux indépendants, par des producteurs, propriétaires ou négociants, interprofessions ou syndicats viticoles.

Cependant tous les vins ne sont pas vendus « en Primeur », car le cout d’une telle attente est prohibitif pour beaucoup, et par ailleurs certains vins sont tout simplement dédiés à une consommation rapide : les vins seront donc moins boisés, et par ailleurs souvent jouissant d’un potentiel de garde moins long.

 

Les origines des Primeurs ?

 

Il faut savoir que ce système de vente est propre à Bordeaux, ce depuis plus de quatre siècles, et reposant uniquement sur des bases coutumières. A l’origine, il s’agissait de réguler le secteur en permettant aux producteurs de vendre correctement chaque récolte, alors que l’idéal d’un metteur en marché est d’acquérir uniquement les millésimes de qualité reconnu et recherchés. Si un négociant peut acheter un certains nombre de caisses, il se verra théoriquement proposer la même proportion de la récolte l’année suivante N+1. S’il souhaite alors diminuer l’allocation, cette diminution sera impactée l’année N+2. Il en est de même dans le sens inverse, ce qui impose de conserver une relation commerciale à long terme.

Ce système de vente n’existe donc nulle part ailleurs.

Le courtier reste un acteur indispensable au cœur de ce système : il agit en tant qu’intermédiaire entre les châteaux et les négociants, aussi appelés « Place de Bordeaux ». Il faut savoir que seuls les négociants de Bordeaux peuvent acquérir directement aux châteaux, via les courtiers: on dit que les négociants sont « allocataires ».

 

► Est-ce intéressant ?

Il reste très intéressant d’acheter des primeurs, surtout dans les millésimes recherchés. Cela permet d’être sûr d’obtenir en avance des vins rares, souvent à des prix plus intéressants, et même dans des formats plus imposants.

 

► Comment acheter des Primeurs ?

Acheter du vin en primeur reste simple, il faut toutefois savoir être patient… le vin ne sera prête à être livré que 12 à 18 mois après le début de la campagne !

Pour le client, la première commande correspond à la valeur HT du vin. La TVA et les frais annexes éventuels (transports, conditionnement spécifiques…) ne seront facturés que lorsque le vin sera mis en bouteille et prêt à être expédié. Un achat donc très similaire à celui d’un appartement sur plan.

 

Et le millésime 2016?

 

Si le millésime 2016 était clairement attendu après deux années ayant connus une nette progression qualitative, il n’a pas commencé sous les meilleurs cieux, ou plutôt dans les conditions climatiques idéales. Cependant il s’avère que les résultats sont réellement excellents !

Globalement, les vins rouges jouissent d’une grande maturité, de beaux tannins mûrs, de bonnes richesses aromatiques et structurelles, d’acidité mesurée et, plus étonnant, de degrés d’alcool plus bas que les millésimes précédents. Des vins donc très « digestes » bénéficiant toutefois d’excellents potentiels de garde. De splendides coups de cœur en Saint-Emilion et une très belle homogénéité sur les appellations du nord Médoc, Saint-Estèphe Pauillac et Saint-Julien pour ne pas les citer.

Les vins blancs quant à eux, sont vifs et équilibrés, avec de jolies réussites à noter parmi les Pessac-Léognan.

Maintenant, pouvoir indiquer lequel des millésimes 2015 ou 2016 est ou sera le meilleur reste très difficile, et cela sera fort probablement une histoire de gout personnel…

 

Bien entendu, n’hésitez pas à nous solliciter pour de plus amples détails… nous avons tout dégusté pour vous !

 

► Alertes pour les Primeurs 2016 ◄

Avec le système d’alertes, inscrivez-vous sur les vins qui vous intéressent, et soyez le premier informé de la date de sortie du vin

Pour vous inscrire, cliquez ici

 

A lire également sur le blog de GrandsVins-Privés : 

Les vins de Bordeaux sont trop chers ?

Interview de Julien Meffre – Château du Glana – Bordeaux

Interview de Alexis Angliviel de La Beaumelle – Château Tour de Pez – Bordeaux

Interview de Stéphanie de Boüard-Rivoal – Château Angélus – Bordeaux

Bordeaux, primeurs 2013: réussite ou raté?