Domaines/Vins

Château d’Yquem, Empereur des liquoreux !

Par GrandsVinsPrivés Le 23 juin 2015

vin-chateau

Considéré comme le meilleur vin liquoreux au monde, le Château d’Yquem rayonne sur les plus belles tables du monde depuis plus de deux siècles. Il fait évidemment partie des vins les plus recherchés par les connaisseurs comme en témoigne sa 8ème place au classement des 100 vins les plus recherchés sur Wine Searcher. Le style d’Yquem et le plaisir procuré sont parfois qualifiés d’indescriptibles mais toujours d’inoubliables. 

Qu’est ce que le style d’Yquem ?  

L’harmonie et la complexité de ce précieux nectar à la robe d’or sont les maîtres-mots lors de la dégustation. Son nez dans sa jeunesse n’est pas toujours très expressif mais marqué par les fruits (abricot, mandarine et fruits exotiques) et par des notes boisées (vanille, pain grillé). En vieillissant, ce même nez se distingue par ses effluves extraordinaires très variées : notes de fruits secs (abricot sec, pruneau, marmelade), des notes épicées (cannelle, safran, réglisse) et même florales (fleur de tilleul). En bouche, le vin tapisse le palais. Sans être oppressant, il se développe avec élégance et légèreté tout en maintenant un équilibre entre la douceur et la fraîcheur. La persistance aromatique est longue, très longue… tellement longue qu’elle raconte souvent une autre histoire.

Une histoire longue et mouvementée…

Le style du Château d’Yquem s’est construit au fil des siècles permettant aujourd’hui l’interprétation la plus juste possible de ce terroir exceptionnel. Les premières traces de l’existence du domaine remontent au XVe siècle. Son premier gérant connu fut Jacques Sauvage, un descendant de notables locaux, qui en prit les rênes en 1593. Selon les archives de l’époque, les vendanges tardives étaient déjà d’usage. La famille Sauvage entreprit rapidement la construction de la demeure actuelle (classée monument historique depuis 2003) et la constitution minutieuse du vignoble actuel parcelle par parcelle. La famille fut alors anoblie en 1711 sous le règne de Louis XIV et devint alors propriétaire en plein droit du domaine.

 

En 1785, Françoise Joséphine Sauvage d’Yquem épouse le comte Louis Amédée de Lur-Saluces mais celui-ci décède trois années plus tard d’une chute de cheval. Elle doit alors assumer la responsabilité du Château à elle seule et faire face à la révolution. En 1826, elle entreprend une innovation audacieuse : la consctruction d’un chai. Cela va permettre au Château de devenir une véritable entreprise viticole et ainsi asseoir sa renommée internationale. C’est à cette même période que la méthode de vendanges par tries successifs est mise au point. Quelques années plus tard, le Château d’Yquem sera élevé seul au rang de Premier cru supérieur de la classification lors de l’exposition universelle de 1855 à Paris. Il s’en suit une période de prospérité internationale chez les tsars de Russie ou encore au Japon. Cependant la crise du phylloxéra et la Grande guerre metteront un terme à celle-ci où le château deviendra même un hôpital militaire. Après être rentré de la guerre, le marquis Bertrand de Lur Saluces reprend le domaine et se porte garant de sa philosophie : il s’oppose à la chaptalisation et défend les domaines familiaux lors de la crise des années 1930. Du haut de son rôle de président de l’Union des Grands Crus Classés, il participera à la délimitation de l’appellationSauternes et se fera le promoteur de la mise en bouteille au château, garantissant l’authenticité des bouteilles.

 

La direction du domaine sera reprise par son neveu Alexandre de Lur-Saluces en 1966. Il connaîtra des années difficiles à cause d’une suite de mauvais millésimes, d’une crise du négoce et d’imposants droits de succession. Le Château d’Yquem est menacé de survie jusqu’à l’excellent millésime de 1975. Dans les années 1980, de meilleures récoltes permettent de réaliser de nouveaux investissements. Le potentiel de production est alors redressé ainsi que les exigences de qualité et la technicité du domaine. A la fin du XXème siècle, le Château d’Yquem est une référence internationale dans le monde des grands vins. Legroupe LVMH en fit l’acquisition en 1999, sous l’impulsion de Bernard Arnault, tout en gardant les valeurs du domaine : modernité, authenticité, savoir-faire et ouverture aux temps présents.

 

Pourquoi ce nectar est-il si unique ?

Le Château d’Yquem surplombe légèrement le reste du vignoble du Sauternais et bénéficie de circonstances climatiques et géologiques totalement exceptionnelles. Son sol chaud et séchant accumule la chaleur par le biais de ses galets (grosses graves). La vigne dispose de réserve d’eau du fait de la nature argileuse du sous-sol. L’étendue du vignoble (125 ha) permet l’accès à une très large palette de la mosaïque géologique du Sauternais, crééant la complexité aromatique du vin. L’encépagement est composé de 80% de Sémillon, apportant richesse et volume au vin, et 20% de Sauvignon Blanc pour sa finesse et ses arômes.

L’apparition du Botrytis cinerea (ou pourriture noble) sur les raisins est le résultat d’un équilibre fragile sur l’humidité ambiante du vignoble (ni trop sec, ni trop humide) créée par le brouillard matinal et la chaleur des après-midi ensoleillées. Les vendanges se font par passages successifs (6 en moyenne) dans la vigne où seules les baies parfaitement botrytisées sont cueillies.

La vinification s’effectue dans des barriques neuves à la suite du pressurage. Le vin y sera également élevé pendant 30 mois où des soutirages et des ouillages seront faits ponctuellement.