Interviews

Interview d’Etienne Sipp du Domaine Louis Sipp (Alsace)

Par GrandsVinsPrivés Le 04 mars 2015

etienne-interview

Le Domaine Louis Sipp fut créé à la fin de la première guerre mondiale. Les premiers vignobles furent achetés par Louise Sipp, l’épouse de Louis Sipp, alors parti sur le front russe. Les premiers foudres sont achetés et déjà en 1920, les vins recevaient des distinctions de qualité.

 

C’est en 1996 qu‘Etienne Sipp, fils de Pierre, décide de rejoindre le domaine familial, représentant alors la quatrième génération. Amorcée en 2005, le vignoble a été converti à l’agriculture biologique en 2008 sous la certification ECOCERT.

etienne-interview

Interview d’Etienne Sipp, vigneron, Domaine Louis Sipp (Alsace) 

GRANDSVINS-PRIVES.COM : En trois mots, comment décririez-vous votre vin si c’était…

…une fleur ?

Etienne Sipp : L’asphodèle pour sa verticalité et son élégance

GVP : …un fruit ?

E. S. : Le raisin tout simplement.

GVP : …un parfum ?

E. S. : Celui de la nature qui se réveille au printemps.

GVP : …une musique ?

E. S. : Stairway to heaven (à la guitare)

GVP : …une couleur ?

E. S. : Les premières lueurs avant le lever du soleil.

GVP : …un tableau ?

E. S. : Du peintre Galgo

GVP : …un animal ?

E. S. : Un papillon : Le Machaon

 

GVP : Quels sont les meilleurs millésimes pour votre vin (ou votre propriété) ?

E. S. : Il n’y a pas de « meilleurs millésimes » mais des millésimes aux caractéristiques différentes. Ainsi ceux qui recherchent des vins droits et tendus se tourneront vers des millésimes comme 2008, 2010, 2012 ou 2013. Si l’on recherche plus de volume et de suavité il faudra aller vers les millésimes 2009 et  2011. 2007 se situe entre les deux. Nos vins sont des vins de terroir, et subissent les influences du climat. Ils ne sont pas uniformisés par la technologie.

 

GVP : Comment définiriez-vous le style et la philosophie de votre propriété ?

E. S. : Trois mots pour définir nos vins : Finesse, harmonie et authenticité. Pour des vins tout en élégance représentatifs des magnifiques terroirs du climat de Ribeauvillé.

 

GVP : Est-ce que la nouvelle tendance du « bio » influence votre vinification ?

E. S. : Avec le passage aux vins bio en 2012, nous n’avons quasiment rien modifié par rapport à nos pratiques antérieures. Nous sommes peu interventionnistes en cave. L’essentiel se joue dans les vignes et durant les vendanges.

GVP : Un Grand Vin qui vous a marqué au cours de votre parcours dans le vin ? A quelle occasion ?

E. S. : Château Carbonnieux (blanc) 1936 pour sa précision d’expression au nez et sa fraîcheur en bouche. Un vin qui a su traverser les décennies de manière époustouflante.

 

GVP : Qu’est-ce qui qualifie un terroir Grand Cru en Alsace ?

E. S. : Plusieurs choses : Des facteurs physiques : Un coteau bien délimité avec une géologie homogène et une pédologie particulière ou règne un microclimat spécifique. Des facteurs humains : un groupe de vignerons  ayant des traditions de production communes (choix du matériel végétal, types de vins…). Résultats : des vins de garde de belle complexité et de belle minéralité (salinité)

 

 

GVP : A titre personnel, quel est votre cépage préféré ? Pourquoi ?

E. S. : Le RIESLING sans hésitation. Il permet de tout faire : Des vins secs ou des vins liquoreux marqués par le botrytis. Des vins qui se boivent jeunes…ou 50 ans après. Des vins totalement différents selon les terroirs qui les ont vus naître. Un grand cépage polymorphe pour de grands vins sans artifices…

 

GVP : Un grand personnage du vin qui vous a marqué ?

E. S. : Louis Pasteur

 

GVP : Quels sont selon vous les atouts / les particularités de votre région viticole ?

E. S. : Nos atouts sont dans nos terroirs variés nous permettant de produire une très large palette de vins de grande expression et de longue garde sans avoir besoin de faire appel à des apports externes.

 

GVP : L’oenotourisme est souvent considéré comme très bien réussi en Alsace. L’oenotourisme est-il important pour votre propriété et/ou l’image de votre région ?

E. S. : Oui c’est important pour nous. C’est un excellent moyen pour nous pour expliquer nos vins et décrire les liens qu’ils ont avec les terroirs somptueux de Ribeauvillé. L’oenotourisme, par son apport à la région, permet d’aider à maintenir et à entretenir nos paysages sur les collines sous-vosgiennes.

 

GVP : Quel est le pays où vous pensez être surpris dans les 10 prochaines années en termes de consommation ou de production de vin ?

E. S. : Au risque d’étonner je citerai les USA qui, à mon avis, commencent à faire preuve d’intérêt pour les vins ayant un lien fort au terroir.

 

GVP : Racontez-nous une anecdote amusante ou qui a marqué votre vie dans le vin ?

E. S. : Ce qui m’a le plus marqué au cours des dernières années est l’exceptionnelle capacité des terroirs de Ribeauvillé à « encaisser » les aléas climatiques violents auxquels ils ont été soumis.

GVP: Merci beaucoup d’avoir répondu à nos questions !