Appellations

Côte-Rôtie : les jardins perchés des Côtes-du-Rhône

Par GrandsVinsPrivés Le 23 septembre 2015

cote-rotie

Le vignoble du Rhône-septentrional est une pure beauté : vins prestigieux et cachet géographique !

 

La Côte-Rôtie est certainement l’une des appellations les plus prestigieuses de la région ! C’est l’expression la plus aboutie du cépage Syrah avec le cépage Viognier. En effet, Côte-Rôtie est le seul cru rouge des Côtes du Rhône du Nord à pouvoir associer du Viognier, cépage blanc (dans la limite de 20%) à la Syrah. Aujourd’hui, célèbres pour l’excellente qualité de ses produits, les vignes de Côte-Rôtie ont failli tomber dans l’oubli au début du XXème siècle, suite aux deux guerres mondiales et au fort exode rural. A cette époque, la production est divisée : sur plus de 400 hectares, il n’en reste qu’une soixantaine !

C’est en 1940, que l’aire de production devient une AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) grâce à un syndicat de vignerons, soucieux de conserver ce « vin viennois ». Dès lors, ce vin prend toute son ampleur, il représente l’élégance et la finesse de son terroir. Rapidement, ce grand vin connaît un nouveau dynamisme, les vignes se multiplient et il acquiert une notoriété internationale.

 

Le vignoble couvre plus de 270 hectares sur trois communes de production : Saint-Cyr sur Rhône, Ampuis et Tupin-Semons.

La spécificité de sa situation est que les vignes de Syrah soient cultivées sur des coteaux pentus et ensoleillés (exposition sud/sud-est). Les sols sont divers (gneiss, calcaires, granit, sablo-argileux, oxyde de fer) et les pentes de Côte-Rôtie peuvent parfois dépasser les 60 degrés. Elles sont très abruptes ! Le terroir est principalement divisé en deux secteurs (scindés par un ruisseau) : la Côte Blonde et ses arzels (sols de gneiss et sables argileux) au sud d’Ampuis, et la Côte Brune et ses micaschistes riches en fer au nord. Les terrasses de cailloux des coteaux sur les flancs desquels reposent les vignes, les « chayets », sont maintenues par des murets de pierre brune, les « cheys ». Exposées plein sud, elles bénéficient d’étés ensoleillés et chauds (d’où « Rôtie« ) et d’hivers très rudes. La pluviométrie est équilibrée et bien répartie sur l’année.

 

Ces vignes, implantées en terrasses étroites sont protégées par une centaine de  passionnés, œuvrant sur ses 60 domaines ! On y trouve de très bons producteurs : le Domaine Benjamin et David Duclaux, le Domaine Bonnefond, le Domaine Jean-Michel Gerin, le Domaine Louis Clerc, M. Chapoutier, Domaine Yves Cuilleron, Delas, Ferraton Père et Fils, Domaine Gangloff, E. Guigal, Domaine Paul Jaboulet, Domaine Jean-Paul Jamet, Domaine Michel et Stéphane Ogier, Domaine Georges Vernay ou encore le Domaine Jean-Louis Chave.

 

Le meilleur pour la fin…

 

Le vin d’AOC Côte-Rôtie est un produit très complexe, tannique, fin et authentiquement riche en bouche. Lentement mûrit en fûts, il exhale des arômes floraux et carnés. S’il exprime des notes de violette et de fruits rouges dans sa jeunesse, l’âge lui apporte des arômes plus subtils de vanille et de fruits à noyau. Suivant s’il provient de la Côte Blonde ou Brune, il aura tendance à se montrer respectivement plus fin ou viril. Une robe rubis et un nez élégant pourvu d’épices agrémentent ce produit de caractère et en font un vin très convoité. Sa bouche est pleine et généreuse, tendre à l’attaque mais harmonieuse et très élégante. Vin rouge sec par excellence, il fait partie de la catégorie des vins dits tranquilles. La maturation en bouteille lui permet de développer des notes de cuir, de musc et de truffe. C’est un produit à garder quelques années pour un véritable épanouissement !