Interviews

Interview d’Olivier Bernard – Domaine de Chevalier (Pessac-Léognan)

Par GrandsVinsPrivés Le 20 mars 2014

portrait-olivier-Bernard

En 1983, le Domaine de Chevalier, Grand Cru Classé en appellation Pessac-Léognan est acquis par la famille Bernard, leader français sur le marché des eaux de vie et important négociant en grand vin de Bordeaux. La propriété est gérée depuis lors par Olivier Bernard, entouré de son équipe.

 

Sous son égide, et dans le droit fil de l’histoire de Chevalier, se perpétue l’esprit d’équilibre et de recherche de la perfection qui, depuis plus de 130 ans, signe la production de ce cru d’excellence.

portrait-olivier-Bernard

 

Interview d’Olivier Bernard, vigneron à Pessac-Léognan (Bordeaux) : 

GRANDSVINS-PRIVES.COM : En quelques mots, comment décririez-vous le Domaine de Chevalier si c’était…

… une fleur ?

Olivier Bernard : Une rose.

GVP : … un fruit ?

O. B. : Une grappe de raisin.

GVP : … un parfum ?

O. B. : Le côté résineux de la forêt des Landes.

GVP : … une musique ?

O. B. : Un nocturne de Chopin.

GVP : … une couleur ?

O. B. : Bleu.

GVP : … un tableau ?

O. B. : Une nature morte.

GVP : … un animal ?

O. B. : Un chevreuil.

 

 

GVP : Quels sont les meilleurs millésimes pour votre vin ?

O. B. : Ceux que je ferai demain.

 

 

GVP : Comment définiriez-vous le style et la philosophie du Domaine de Chevalier?

O. B. : Le respect du fruit et l’homme au service de son vin.

 

 

GVP : Un Grand Vin qui vous a marqué au cours de votre parcours dans le vin ? A quelle occasion ?

O. B. : Une magnifique verticale de Petrus avec Jean-François et Jean Moueix.

 

 

GVP : Un grand personnage du vin qui vous a marqué ?

O. B. : Michael Broadbent.

 

 

GVP : Quel est votre moment le plus émouvant dans l’année en tant que propriétaire d’un vignoble ?

O. B. : Les vendanges.

 

 

GVP : Que pensez-vous du millésime 2013 ?

O. B. : Un bon millésime inégal.

 

 

GVP : Que pensez-vous du choix de certains châteaux de ne pas sortir de millésime 2013 ?

O. B. : C’est qu’ils n’en étaient pas capables!

 

 

GVP : Que répondez-vous à la tendance du « Bordeaux Bashing » ?

O. B. :  Bordeaux n’a jamais aussi bien travaillé qu’aujourd’hui. Les grands professionnels le savent. Les grands  amateurs aussi….Cette pression sur les plus grands crus a pu conduire à des excès … Très rapidement utilisés par des détracteurs qui pour la plupart ne connaissent rien à nos grands vins…

 

 

GVP : Avez-vous noté des changements lors des dégustations de l’Union des Grands Crus de Bordeaux (UGCB) à l’étranger, notamment en Chine ?

O. B. : Il y a beaucoup de jeunes consommateurs.

 

 

GVP : Face à un marché stagnant, voire en baisse pour les vins liquoreux, notamment de Sauternes ? Quelles sont pour vous les solutions possibles pour redynamiser les ventes ?

O. B. :  De la qualité et de l’engagement.

 

 

GVP Quel avenir pensez-vous que le vin bio ait à Bordeaux ?

O. B. :  Une vraie tendance.

 

 

GVP Racontez-nous une anecdote amusante ou qui a marqué votre vie dans le vin ?

O. B. :  A l’automne 2008 un bon ami suisse, Walter Eingensatz fidèle compagnon de dégustation de vieux vins, me téléphone et me demande : « Olivier veux-tu accueillir chez toi une dégustation de 4 Siècles de Bordeaux ? ». Sans attendre d’en savoir plus je lui réponds : « OUI bien sûr ».

 

Et plusieurs mois plus tard le 28 mai 2009, après plusieurs mois de préparation nous réunissions autour de Heinz Schmidt le généreux donateur, au Domaine de Chevalier 20 passionnés autour de 19 vins entre 1791 et 2001. Quatre siècles de Bordeaux que je soulignais dans mon introduction du livre mémoire de ce moment magique : de Louis XVI (mort en 1793) à Nicolas Sarkozy( presque roi)…